PALEOCRU
19 Mai 2019, 10:46:31 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue!
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Capitalisme, calvinisme, régime alimentaire, et dégénérescence du libéralisme  (Lu 1363 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 67


Voir le profil
« le: 23 Avril 2012, 22:49:07 »

Si vous croyez que cette nouvelle renversante ne risque pas de nous arriver lorsque notre pays sera aussi exsangue que la Hongrie, c'est que vous n'avez pas compris la véritable nature du capitalisme libéral. Or donc un ancien libéral devenu conservateur dirige maintenant la Hongrie, un certain Viktor Orban, de confession calviniste.   Probablement lassés de pourchasser les alcooliques, les calvinistes s'en prennent maintenant aux mangeurs de crèpes :

"Budapest va sanctionner les diabétiques qui ne suivraient pas scrupuleusement leur régime alimentaire en leur retirant l'accès aux meilleurs traitements subventionnés. Dans le viseur de l'Union européenne pour son déficit public, la Hongrie s'astreint à réduire ses dépenses et le secteur de la santé n'est pas épargné. Un décret ministériel, publié ce lundi dans le Journal officiel, restreint ainsi l'accès des diabétiques aux médicaments les plus efficaces. Seuls les malades respectant un régime alimentaire strict se les verront proposer.
Le texte précise que les diabétiques devront se soumettre chaque trimestre à un test sanguin spécifique visant à contrôler leur consommation d'hydrates de carbone. S'ils sont pris en défaut à deux reprises dans l'année, autrement dit si leur taux de glucose a augmenté au-delà des valeurs fixées par le décret, les patients concernés se verront refuser l'accès aux médicaments les plus efficaces (insuline analogue) et devront se contenter des traitements à base d'insuline humaine moins performants et provoquant davantage d'effets secondaires.
De plus, ils devront payer plus cher pour leur traitement, dont la part subventionnée par l'État va se réduire."

Quand on sait combien il est difficile de se priver d'hydrates de carbone au quotidien (je parle pour ceux qui mangent cuits), il ne  reste plus qu'à créer une amicale internationale des "no carb dieters" afin de parrainer les futures victimes hongroises de Mr Orban
Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !