PALEOCRU
15 Octobre 2019, 09:07:18 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue!
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Sédentarisation et maladies  (Lu 1699 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Amaryllis
Newbie
*

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 35



Voir le profil
« le: 08 Juillet 2016, 14:25:54 »

La paléopathologie est l'étude de l'évolution des maladies dans les temps préhistoriques. Je suis tombée sur le texte suivant :

http://www.hominides.com/html/references/paleopathologie-paleolithique-0434.php

Si certaines maladies étaient déjà présentes avant la sédentarisation, c'est avec cette dernière que sont apparues des maladies nouvelles telles que, je cite (partie V) :

Citation
Les caries dentaires sont apparues, la céramique permettant de confectionner des purées et des bouillies qui les facilitent.
C’est aussi le début des maladies infectieuses, liées à la promiscuité des hommes et des animaux dans les villages et au brassage des populations. La tuberculose, entre autres, absente au Paléolithique, est sans doute d’origine animale, de même que beaucoup de maladies infectieuses (variole, lèpre, salmonelloses, ténia, typhoïde, charbon, grippes, rage, tétanos, syphilis, sans compter le sida et la maladie de Creutzfeldt-Jakob)

Citation
anémies hémolytiques, spondylarthrite ankylosante, syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter…

Des explications sont avancées (promiscuité, conditions de travail). Même si ces conditions de vie peuvent peut-être bien jouer, étonnant quand même que les modifications alimentaires ayant eu lieu à cette époque ne soient pas abordées.  Roulement des yeux
Journalisée
François
Administrator
Full Member
*****

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 188



Voir le profil
« Répondre #1 le: 08 Juillet 2016, 22:42:58 »

Citation
En dehors de la traumatologie, les atteintes osseuses ne sont représentées que par quelques atteintes infectieuses, observées notamment chez une Néandertalienne de la Ferrassie (séquelle d’une ostéomyélite du péroné), avec, peut-être, une tuberculose orbitaire récemment décrite chez un Homo erectus de Turquie (la seule tuberculose connue au Paléolithique). La tuberculose osseuse n’apparaît en fait qu’après le Paléolithique, de même que les cancers osseux primitifs ou secondaires.
Les signes osseux de carence sont pratiquement absents. On note seulement de discrets signes de rachitisme chez un des deux enfants de Grimaldi (Italie), à type d’appositions périostées plus ou moins symétriques des os longs (3). Cette intégrité osseuse témoigne d’une nutrition correcte, qui bât en brèche la précaire « subsistance » traditionnellement attribuée aux Paléolithiques.
Toutefois, en l’absence de produits laitiers, on ne sait comment ils pouvaient trouver dans leur alimentation une ration calcique suffisante : pour ingérer 1 g de calcium par jour, il faudrait manger 5 kg de viande ou boire 10 litres d’eau calcaire… Peut-être rongeaient-ils les épiphyses osseuses voire consommaient-ils du calcaire raclé ou broyé ?

 Grimaçant Très drôle ! Ce toubib n'as pas remarqué qu'aucun animal sauvage adulte consomme des produits laitiers et que même leurs petits ne boivent pas le lait d'une autre espèce animale !

A part ça, merci pour cet article particulièrement intéressant. Pour les quelques signes de maladies au paléolithique, il faut tenir compte du fait que le feu est maîtrisé depuis quelque 400 000 ans et que les Néandertaliens et Homo Sapiens l'utilisaient pour cuisiner.
Journalisée
Amaryllis
Newbie
*

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 35



Voir le profil
« Répondre #2 le: 08 Juillet 2016, 23:10:25 »

Grimaçant Très drôle ! Ce toubib n'as pas remarqué qu'aucun animal sauvage adulte consomme des produits laitiers et que même leurs petits ne boivent pas le lait d'une autre espèce animale !

Oui, c'est quand même impressionnant, les conditionnements aveuglent.

Les quelques années qui ont précédé l'adoption de l'alimentation instinctive, le médecin m'avait trouvé une carence en calcium. Comme je consommais des produits laitiers 3 fois par jour, je m'en étais étonnée auprès de lui et il m'avait répondu qu'il ne suffisait pas de consommer des produits laitiers mais qu'il fallait aussi fixer le calcium, ce que je ne faisais pas manifestement. Il m'avait donc prescrit des comprimés de calcium que j'ai rapidement arrêtés car ils me coupaient l'appétit et je ne mangeais plus grand chose. Évidemment, la carence en calcium a disparu avec l'alimentation crue malgré cette "grave carence" en produits laitiers !
Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !