PALEOCRU
20 Mai 2019, 14:44:34 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue!
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Hypothèse du contrôle de l'organisme sur les flores bactériennes  (Lu 1451 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Bertrand
Newbie
*

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2


Voir le profil
« le: 12 Mars 2018, 19:22:18 »

Guy-Claude Burger a écrit sur le fil "Les hommes préhistoriques avaient une bouche plus saine que nous" :

Citation
[...] il ne faut pas oublier la capacité de l'organisme de contrôler les bactéries qu'il utilise pour de multiples tâches (intestin, peau, muqueuses)

Citation
[...] les molécules apportées par la nourriture dénaturée vont déclencher la prolifération (contrôlée par l'organisme) de bactéries qui ne font pas partie de la flore buccale originelle.

Citation
[...] il faut savoir que la flore buccale est beaucoup plus stable que cela, tout simplement parce qu'elle est contrôlée activement par l'organisme.

Une rapide recherche sur internet ne m'a rien révélé sur ce que je considère comme une hypothèse vivement intéressante et qui mérite bien un nouveau fil de discussion à part entière.

Guy-Claude, pouvez-vous nous en dire plus, notamment sur les mécanismes de contrôle des différentes flores ?

Journalisée
Guy-Claude Burger
Newbie
*

Karma: 2
Hors ligne Hors ligne

Messages: 34



Voir le profil WWW
« Répondre #1 le: 15 Mars 2018, 17:52:30 »

Vous avez raison : c'est une hypothèse de plus à laquelle a conduit l'observation des faits dans le cadre de l'instincto. Les bactéries semblent parfaitement contrôlées, par exemple dans une plaie, lorsque l'alimentation est équilibrée et exempte de molécules non originelles, et il suffit de consommer quelques aliments non originels (lait, pain, etc) pour immédiatement voir proliférer les bactéries. Une hypothèse était que le milieu, dans la plaie, change d'équilibre et que des souches inappropriées de bactéries en profitent pour se multiplier, mais elle tient mal car on ne voit pas de différence suivant qu'on souille la plaie ou qu'on la nettoie ; l'hypothèse alternative était que l'organisme détermine la prolifération de bactéries capables de dégrader les substances parasites en provenance de l'intestin et apportée par le sang jusqu'à la plaie, utilisant ainsi les bactéries pour sa détoxination et particulier pour la détoxination de la zone lésée afin de faciliter la cicatrisation (si le processus dépasse certains seuils, la prolifération peut bien sûr devenir dangereuse).

Comme des organismes intoxinés pendant des années restent parfaitement capables de contrôler cette prolifération bactérienne déjà après quelques jours d'instincto, j'ai privilégié jusqu'à nouvel avis la dernière hypothèse. Également le fait que la cicatrisation soit nettement meilleure sous instincto, cela en l'absence de toute désinfection. Le fait aussi que la flore de la plaque dentaire se rétablisse immédiatement après désinfection, ou celle de l'intestin après une grosse indigestion, plaide aussi dans le sens d'une capacité de l'organisme à contrôler les proliférations bactériennes avec une grande finesse et dans des buts précis.

Par ailleurs, que nous apporte la science dans ce domaine ? Comme vous l'avez constaté, par  grand-chose. L'idée qui prévaut généralement est toujours encore celle de bactéries ennemies de l'organisme, voire plus "malignes" que l'organisme et déterminant ses fonctions. On n'a pas beaucoup évolué depuis Pasteur. Un ami doctorant en médecine m'a toutefois trouvé un rare article faisant état d'un contrôle actif de la muqueuse intestinale sur le microbiote intestinal. Je vous en copie le sommaire ici :

Abstract

The gut microbiota, the largest symbiotic ecosystem with the host, has been shown to play important roles in maintaining intestinal homeostasis. Dysbiosis of the gut microbiome is caused by the imbalance between the commensal and pathogenic microbiomes. The commensal microbiome regulates the maturation of the mucosal immune system, while the pathogenic microbiome causes immunity dysfunction, resulting in disease development. The gut mucosal immune system, which consists of lymph nodes, lamina propria and epithelial cells, constitutes a protective barrier for the integrity of the intestinal tract. The composition of the gut microbiota is under the surveillance of the normal mucosal immune system. Inflammation, which is caused by abnormal immune responses, influences the balance of the gut microbiome, resulting in intestinal diseases. In this review, we briefly outlined the interaction between the gut microbiota and the immune system and provided a reference for future studies.

Lien : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5408367/
« Dernière édition: 17 Mars 2018, 00:37:13 par Guy-Claude Burger » Journalisée

Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !