PALEOCRU
19 Mai 2019, 10:44:28 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue!
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Decroissance et crudivorisme  (Lu 355 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 67


Voir le profil
« le: 04 Novembre 2018, 16:54:44 »

A maints égards le mouvement dit de la décroissance est à la science économique ce que le paléocru est à la science de la nutrition : la révélation que  nos prétendues sciences entretiennent un fatras de  présupposés et de mythes irrationnels,  dont la fonction consiste précisément à masquer les vérités qui pourraient déranger l'ordre établi par la coutume et par le marché.  

On devrait d'ailleurs parler de mouvements de décroissance au pluriel car une ligne de fracture sépare en deux chapelles distinctes les adeptes de la simplicité volontaire : pour faire court d'une part ceux qui veulent aussi réduire la croissance démographique mondiale (les néo-malthusiens ) , et d'autre part ceux qui pensent que la surpopulation galopante est un faux problème, le vrai problème étant celui de la réforme alimentaire mondiale  et/ ou la redistribution des richesses (les néo-chrétiens)

La ligne éditoriale du mensuel La Decroissance se revendique du second courant même si le journal ne prône aucune affiliation religieuse et ne fait aucun prosélytisme. Ses adversaires la qualifie de ligne "réactionnaire" pour mieux la fustiger.  Sur toutes les grandes questions éthiques, les positions de la rédaction du mensuel sont alignées sur les positions traditionnelles de l'Eglise catholique. Les questions concernant l'éthique alimentaire ne sont abordées que sous l'angle de l'industrialisation de l'alimentation humaine et / ou animale, sans qu'on puisse distinguer la moindre originalité dans la réflexion des contributeurs réguliers au magazine :  en gros tout ce qui cède aux sirènes de la technique moderne est péché..... sauf .....la gourmandise.  

Ceux qui s'intéressent à d'autres sujets que l'alimentation trouveront matière à réflexion dans ce journal.

Ainsi dans le numéro de Novembre, une interview de Jacques Testart biologiste,  apôtre de la décroissance  et ancien directeur de recherche à l'INRA et à l'INSERM, père scientifique du premier bébé éprouvette ( rappelez vous les anciens : Amandine en  1982 ), Président d'honnneur de la Fondation Sciences Citoyennes, interview   dont le ton devrait ravir plus d'un lecteur de ce  forum :

"Il est postulé que plus de médecine et de technologie c'est plus de progrès....il est remarquable que la médecine administre de plus en plus les corps depuis la conception jusqu'à l'extinction, même là où son intervention n'est pas justifiée par un réel progrès des connaissances......L'autonomie des individus est l'ennemie du capitalisme, et l'aliénation aux artifices est son alliée"

" De plus de simples orientations sociétales se font passer pour progrès dès lors qu'elles sont institutionnalisées . Ainsi la fécondation d'une femme par un individu de passage ou par un homosexuel sont des pratiques anciennes qui ne deviennent des "progrès" que si l'Etat les reconnait et les soutient sous forme de PMA ou de GPA .....C'est donc toute une mythologie du progrès souvent renforcée par le conformisme du bien penser , qu'il faudrait ruiner "

Comme dirait l'autre :        " What else ?"




Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !