PALEOCRU
21 Mai 2019, 09:02:29 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue!
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Pendant ce temps là chez les marxistes non orthodoxes  (Lu 1228 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 68


Voir le profil
« le: 01 Mai 2011, 12:56:06 »

Je viens d'écrire un petit résumé de mes dernières recherches à un correspondant américain. Pour ceux qui ne peuvent pas lire, il y a toujours Google translate.  Juste pour dire que je ne m'interesse pas qu'à l'histoire récente....



I' m now  researching the history of psychiatry and psychopathology for authors who would have written on the impact of the loss of the food instinct principle  for the alienation of human kind and children in particular. So much has been written on schizophrenia as "de-dialectisation" process of alienation that it will take me time to read everything. Dedialectisation is what characterizes the behaviour of human beings who ignore their food instinct . While a typically conscious (for human beings) or unconscious (for animals) dialectic process would determine that  " The taste of banana is not good for the time being, but I might enjoy it tomorrow or the day after given that I cannot anticipate its future taste " , a non dialectic childish mental  process ends up saying " I don't like bananas".

For the uneducated, this might sound just a small difference in appreciation. For the educated ones it souds more like an epistemological step. Actually  the consequences are more far reaching for society than anyone who has not been confronted with the sheer madness of the world we live in, either as a child ( my unfortunate case ! )  or as a professional psychiatrist, can think about.  The consequences in terms of mental hygiene are enormous  because it governs our way of considering all things as either "always good " or "always bad",  a process which lies at the root of all ideologization process.
 
The process of determining the sociological conditions for a "re-dialectisation" of our relations with the external world was, you might be surprised to read it,  the underlying substance of Marx philosophy, even though marxist thinkers soon  became themselves an integral part of the  very process of alienation  which Marx intended to raise to our consciousness (leading Marx to avow towards the end of his life that he was not a marxist). In this philosophical  sense  "historical materialism" is but the understanding that the sociological conditions for the reappropriation of our food instinct being absent at the time of Marx, even though they would have greatly benefited the de-alienation of humanity, these conditions had to be reconquered on political grounds. Granted, this reading of Marx is greatly lacking in marxist orthodoxy Souriant but some  heteredoxical thinkers did not forgot to mention it. I could easily draw a similarly non orthodox reading of the theology of the original sin which would  reveal the same parallel between our  forgetfullness of our food instinct and its inter generational transmission.
 
The "funniest" thing with this food instinct story is that the idea being quite "radical" ( etymologically speaking, radical means "back to roots"), it was  studied by radical minds on all sides of the political spectrum.  Obviously  everything human  is politics,  so medicine IS  politics. Just consider the ridiculous ethnocentrism of nutritionnists  paid by official bodies throughout the western world  to promote exactly  those products which consumers  can most easily find on the local food stalls. Have you ever read though one of their pens that we  should consider "grasshoppers uncooked"  " as  counted choice morsels"  at our feasts   (as one of your compatriot Lysander Salmon Richards wrote about american indians after visiting the Pacific Coast in 1874 ) ?
 
The idea of food instinct is a unique window through which one can glance at "a" political history of dietetics. The foregone conclusion of this history  is that the politics of uncompromising minds attracted to a strict obedience to natural laws  is not to be recommended unless these minds have fully mastered, for their own sake, the "praxis" of their purported  "art de vivre ".

  that's all folks
Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 68


Voir le profil
« Répondre #1 le: 01 Mai 2011, 21:51:09 »

J'ai rencontré aujourd'hui des petits hommes verts qui m'ont dit venir d'une planète sans médecins,  la planète Marx. Quand je leur ai raconté mon histoire, ils m'ont expliqué que ca fait fort longtemps que leur philosophie intégre cette problématique.......

Ils m'ont dit qu'il n'est plus besoin de dire   

La théorie de l’instinct alimentaire  questionne les pratiques culinaires universellement répandues, en posant  comme principe le respect des sensations olfacto-gustatives dans un environnement alimentaire originel.

Dites comme les marxiens

« Le marxisme est une théorie de la pensée délirante qui pose comme principe de la vraie conscience  la redialectisation  de la relation entre l’homme et la nature. »


Ne dites plus

L’homme seul est capable de cuire ses aliments, de même qu’il est le seul être vivant qui puisse se réapproprier  consciemment son instinct  par l’exercice quotidien de sa volonté et  d’une raison scientifique désaliénée aux intérêts dominants, marquant ainsi son autonomisation progressive vis-à-vis des erreurs des civilisations passées.

Dites comme les marxiens

« L’homme seul est capable de délirer de même qu’il est le seul être pour qui la conscience authentique représente une conquête individuelle et sociale  dont la maturation marque les différentes  étapes d’un matérialisme historique. »


Ne dites plus

L’historien de la planète Terre est obligé de constater  une résurgence de l’idée d’instinct alimentaire après chacune  des 3 grandes guerres  entre la France et Allemagne.

Dites comme les marxiens

«  C’est sans doute par l’effet d’un choc en retour que les périodes d’immédiat après guerre sur la planète Terre sont marquées par l’apparition de mouvements intellectuels de déréification »


Ne dites plus

Les médecins  souhaitent éviter que les terriens  ne comprennent l’intérêt d’une alimentation crue et instinctive susceptible de nuire très gravement à leurs intérêts économiques,  quand bien même  cela serait bénéfique à la santé des populations concernées

Dites

«   Les classes dirigeantes sur Terre n’ont aucune peine à scotomiser l’aspect dialectique de l’alimentation des terriens, car la dialectique de l’instinct alimentaire est incompatible avec leur intérêt d’auto-conservation »


Ils sont finalement très drôle ces marxiens.....vivement qu'ils débarquent en masse sur la planète.....

Au fait j'y pense,  Burger, il aurait pas fait jadis une rencontre du 3eme type...... Souriant Souriant Souriant Souriant
Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 68


Voir le profil
« Répondre #2 le: 07 Mai 2011, 09:38:54 »

Ne dites plus

" Le gastronome est incapable de "penser" l'acte de cuire ses aliments. C'est pourquoi dans toutes les cultures, la cuisson a pu érigée au rang de pratique pseudo magique " 

Dites

" Le fétichisme culinaire fait abstraction de la signification de la cuisson des aliments. Son attractivité lui confère une pseudo valeur intrinsèque indépendante de la réalité chimique sous jacente au processus de dénaturation  "




Ne dites plus

" Grâce à la cuisine, le maitre queux  se donne du plaisir à volonté sans le savoir "

Dites

" Le fétichisme culinaire apparait ainsi comme une attitude auto-érotique qui aimerait s'ignorer en tant que telle"





Ne dites plus


" L'incapacité dans laquelle se trouvent les individus de penser le "cru" et le "cuit"  pour ce qu'ils sont réellement , tranche douloureusement avec la vision qu'en donne la chimie. Il est étrange que ces deux visions irréductibles puissent cohabiter au sein d'un même peuple civilisé  "
 

Dites

"L'univers fétichiste des civilisations culinaires  est caractérisé par un asynchronisme fondamental : la coexistence d'un degré de maturité intellectuelle qu' exige, au plan scientifique, la différenciation entre le cru et le cuit, et une maturité affective des hommes et des femmes qui ne comprend pas encore la portée de cette différenciation"



Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !