PALEOCRU
19 Juillet 2019, 08:32:33 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue!
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Echec social de l'instincto ?  (Lu 2947 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 68


Voir le profil
« le: 29 Mai 2011, 16:10:41 »

Un fil de discussion sur le blog de Guy Claude Burger :


Quels sont les facteurs qui ont provoqué l'échec de la diffusion de l'instincto à l'échelle qu'elle nous semble mériter ?


Quelques posts interessants et cette réponse de Burger en personne :

"A mon sens, ces facteurs peuvent tenir :

soit aux méthodes utilisées pour sa diffusion,
soit à la présentation de la théorie ou de la pratique,
soit à la nature même du problème (par exemple trop complexe pour être vite compris),
soit aux difficultés de mise en pratique (par exemple l'approvisionnement),
soit encore à la remise en cause trop draconienne des habitudes alimentaires courantes.
Il s'agit aussi de démontrer que la diffusion que nous avons tendance à trouver normale soit vraiment possible dans des temps relativement courts. "


On peut donc constater à la lumière de ce qui précède que la personalité de Guy Claude Burger ne pose aucun problème à Burger Guy Claude, lequel  fait les questions et les réponses sur son blog Souriant.

Cet "oubli" narcissique est particulièrement heureux de la part du gourou du cru, car il nous priverait de  morceaux d'anthologie comme celui-ci :

GCB " Il faut absolument que les facteurs qui rendent difficile la diffusion de l'argumentaire instincto, et encore bien plus celle de sa pratique, puissent être discutés objectivement, et non ramenés aux seules contingences des quelques événements qui ont récemment défrayé la chronique. Tout facteur peut être ici cité, moyennant qu'il soit argumenté, et pas utilisé pour recouvrir la complexité du problème."

Qu'il me soit donc permis ici de suggérer à GCB en toute modestie  un facteur d'échec de la diffusion du crudivorisme instinctif, facteur  auquel personne n'a semble t'il pensé sur son blog : LE SENS COMMUN

On sous estime toujours le sens commun.  Le sens commun ( qui est pour ainsi dire l'intuition de ce qu'on ignore , l'intuition de l'insu)  rechigne à ce que la théorie ultime en matière d'alimentation humaine ait été découverte par hasard par un type sorti de nulle part ( ce qui est vrai pour GC Burger l'est aussi pour Clara Davis et pour d'autres). Tel que présenté par les "déjà convertis" aux personnes qui ont gardé un tant soit peu de bon sens ou de méfiance (ce qui est généralemet  le cas des "non convertis"),   l'instinctothérapie sent donc le piège. Burger par ci. Burger par là. Il est le héros incontournable de cette histoire invraisemblable.   Point n'est besoin d'avoir le moindre début de connaissance en histoire de la médecine ou de la physiologie, pour avoir un doute sur la sincérité d'une démarche scientifique qui ramène tout à un personnage unique, comme dans l'imagerie d'Epinal de l'histoire des sciences, d'ailleurs habilement ressassée par Burger sur son blog. Comme pour mieux faire oublier qu'un savant n'est JAMAIS seul ? Qui aurait connu Einstein,  si  Planck était décédé  de la tuberculose avant de formuler sa théorie ?   Le problème justement  dénoncé par les adversaires des sectes, c'est qu'on constate trop souvent la perte du sens commun chez les adeptes des mouvements sectaires.


Ce sens commun, allié à un carriérisme de bon aloi,  expliquerait  le silence ou la prudence actuelle du monde universitaire, dont un nombre ridiculement faible de représentants s'est jusqu'à présent  manifesté publiquement aux cotés de Burger,  en dépit de l'étayage scientifique très sérieux de ladite théorie. Ce qui est fascinant c'est que Burger semble se soucier de la reconnaissance de "ses" théories par le  monde universitaire comme d'une guigne. On le voit sur son blog : son discours s'adresse principalement à ceux qu'il peut plus facilement soumettre à sa maitrise particulière de la rhétorique discursive. Ce contraste entre  un chercheur très au fait de la recherche universitaire, mais qui semble vouloir s'acquitter de la tâche toute jésuitique consistant à reconquérir les seules "âmes simples", témoigne d'une  telle abnégation apparente, que sa croisade frise la sainteté.


Ce qui m'amène à la réflexion suivante : 

La doctrine de l'instinct alimentaire est une doctrine ésotérique, dans le sens littéral du terme (et non dans le sens commun de  "symbolisme religieux" ),  c'est à dire que l'être humain ne peut imaginer ou comprendre cette théorie  qu'après avoir été "initié".  Il est  plus que probable que la théorie de l'instinct a  été transmise à travers les siècles  de manière initiatique.

Dans le cas qui nous préoccupe  le "gag" du fameux chou rouge ne servirait  qu'à "travestir" le moment historique du passage du stade ésotérique au stade exotérique de la Tradition. Ce moment historique serait celui de l'initiation de Burger soi-même.

Or dans toute doctrine ésotérique, il existe plusieurs niveaux de connaissance. Il me semble que dans l'enseignement de Burger,  il y a niveau qui fait délibérement défaut et qui explique, en partie, l'échec social de l'instincto. Je ne vois pas en effet comment on peut s'intégrer dans la société  en méconnaissant totalement sa propre histoire.   




 






Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
François
Administrator
Full Member
*****

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 186



Voir le profil
« Répondre #1 le: 18 Juin 2011, 20:17:21 »

Ça fait bientôt 20 ans que tu nous casses les pieds avec cette idée qu’il est impossible que GCB ait découvert les principes de base de l’instincto et que tu insinues qu’il les a plagiés quelque part (mais on ne sait toujours pas où) ! Évidemment, puisque tu ne les as pas découverts toi-même malgré toute ton intelligence, il est donc impossible qu’un autre les aies découverts, n’est ce pas ?  

Tu as une rogne personnelle contre lui ou quoi ? Pourquoi ne lui écris-tu pas tout ça sur SON forum ?
Journalisée
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 68


Voir le profil
« Répondre #2 le: 20 Juin 2011, 23:56:21 »

L'eclairage au gaz a été "inventé" en 1618 par Jean Tardin . Donc depuis 1618 l'homme savait comment  faire pour s'éclairer au gaz. Mais il a fallu attendre deux siècles et demi avant de répandre cette invention parce que l'industrie de la canalisation et celle de la bonbonne de gaz n'existaient pas encore.

L'idée qu'un homme puisse s'alimenter instinctivement grâce à des produits tropicaux existe depuis la nuit des temps. Ce mode d'alimentation a été pratiqué à titre individuel dans les zones tropicales ou à climat méditéranéen. Il a juste fallu inventer le transport frigorifique, le frêt  aérien transcontinental et habiller la théorie avec quelques considérations pratiques  pour en développper l'usage au sein de groupes humain. Si tu crois que quelqu'un d'autre que Burger a inventé cette théorie, tu te trompes : ceux qui se sont intéressés à cette idée ont apporté chacun leur  pierre à un édifice théorique commun.  Burger nous fait le coup de l'archéologue qui découvre une pyramide en plein milieu du désert et qui profite du fait qu'elle ne figure sur aucune carte pour nous faire croire qu'il l'a construite lui-même. La prétention de Burger est de cette envergure , mais personne ne s'en rend compte car personne ne semble prendre la mesure de la taille de l'édifice en question.

L'éclairage au gaz ne s'est pas pour autant imposé dès que les moyens de transporter et de stocker le gaz ont été mis à disposition :il a fallu vaincre les nombreuses réticences nées de la peur du gaz et des explosions.

Il faudra pareillement du temps pour vaincre la peur de l'alimentation cru et vivante. Chaque "explosion" médiatique  d' E.Coli renforce la peur et ravive le feu "salvateur" sous les casseroles  du grand bordel moléculaire. 
Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
François
Administrator
Full Member
*****

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 186



Voir le profil
« Répondre #3 le: 21 Juin 2011, 10:09:52 »

L'idée qu'un homme puisse s'alimenter instinctivement grâce à des produits tropicaux existe depuis la nuit des temps.

Désolé, mais tu débloques complètement. C’est pas du tout ça l’idée de base de l’instincto : que vient faire cette histoire de produits tropicaux dans les fondements de la théorie ?

Citation
Ce mode d'alimentation a été pratiqué à titre individuel dans les zones tropicales ou à climat méditéranéen.

Non pas à titre individuel, mais par tous les êtres vivants sur la planète pendant quelques milliards d’années.

Citation
Il a juste fallu inventer le transport frigorifique, le frêt  aérien transcontinental et habiller la théorie avec quelques considérations pratiques  pour en développper l'usage au sein de groupes humain.

N’importe quoi. On peut pratiquer l’instincto sans camions frigo et sans transport aérien, il suffit d’être dans un endroit favorable, un endroit où la nature offre encore suffisamment de biodiversité pour qu’on aie assez à manger.  

Citation
Si tu crois que quelqu'un d'autre que Burger a inventé cette théorie, tu te trompes : ceux qui se sont intéressés à cette idée ont apporté chacun leur  pierre à un édifice théorique commun.

Ni Burger ni personne n’a « inventé » cette théorie. Une théorie ne « s’invente » pas comme on un invente un dispositif technologique brevetable.  On ne dépose pas un brevet pour une théorie.

Citation
Burger nous fait le coup de l'archéologue qui découvre une pyramide en plein milieu du désert et qui profite du fait qu'elle ne figure sur aucune carte pour nous faire croire qu'il l'a construite lui-même. La prétention de Burger est de cette envergure , mais personne ne s'en rend compte car personne ne semble prendre la mesure de la taille de l'édifice en question.

Sauf Denisbooks, hein ! Et Denisbooks a vu quelque part - il ne se souvient plus où exactement, une fois c’était chez les "pédophiles nazis" (sic), une fois chez Clara Davis, une fois chez Günther Schwab  Grimaçant - un édifice immense, mais il avait oublié son appareil photo, alors il ne peut pas nous le montrer. Dommage.  
Journalisée
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 68


Voir le profil
« Répondre #4 le: 23 Juin 2011, 01:20:19 »

Je me plaçais (comme toujours)  au plan de l'histoire de la médecine . L'histoire médicale des  régimes paléolithiques, ou  du moins l'histoire écrite et consignée dans les livres,  commence avec l'observation au XVIII eme siècle que les peuplades indiennes des Caraïbes ne connaissant pas l'agriculture sont exemptes de cancer et d'obésité. C'est le régime de ces indiens Caraïbes qui va être importé en Europe par les médecins  pour soigner en premier lieu  les bourgeois citadins ventripotents des régions tempérées. Mais les observations et les usages resteront nécessairement  limités tant que malades d'un côté,  produits tropicaux de l'autre, ne pourront voyager facilement "l'un vers l'autre".  

Un second chapitre va s'ouvrir avec les débuts de l'aventure coloniale :  ce régime tropical sera  mis à contribution pour soigner les problèmes d'adaptation des colons dans les colonies : cette fois ci les observations se feront de plus en plus nombreuses et surtout toucheront une partie plus importante du corps médical français, allemand et anglais (les 3 puissances coloniales).   Dès lors l'idée commence à se répandre chez les scientifiques que le retour à une alimentation originale et /ou  instinctive est la plus à même de répondre aux besoins de l'organisme. Besoins dont la science va peu à peu pénétrer la complexité avant de finir par avouer son impuissance à en rendre compte en des termes rationnels.      

L'histoire des régimes paléolithiques  en Occident commence donc bel et bien avec la redécouverte que le modèle  pré-agricole des chasseurs cueilleurs est un facteur important de remise en ordre de la santé d'homo sapiens....  

Evidement  l'instincto peut être pratiqué en dehors des zones tropicales. Simplement  sa vulgarisation auprès du grand public au XXeme siècle sous nos latitudes présuppose  un développement important du frêt aérien, de même que la prise de conscience de l'importance de ces  questions au XIXeme a  été rendue possible par le développement  des moyens de transports maritimes.

Encore une fois : quand on prend  la mesure de l'accumulation de richesses et de savoir qu'il a fallu concentrer en un même lieu (l'Occident) et une même époque (XIXeme/XXeme ) afin d'arriver à comprendre ce qui se trame  derrière la  perte de l'instinct alimentaire, cela rend risible tout discours qui fait abstraction de l'histoire des sciences.  
 
Si Burger peut aussi impunément tordre le cou à l'histoire, c'est que l'histoire des sciences , comme l'histoire militaire ne retient que le nom des vainqueurs. Or au point de vue scientifique,  cette histoire est principalement écrite par des vaincus, des savants qui étaient  des  réactionnaires pour "leur" époque (il y a toujours eu des réactionnaires à toutes les époques)  

Pose toi juste cette question : si le réactionnaire est celui qui veut faire tourner à l'envers la roue de l'histoire, selon l'expression de Marx,  a t'il jamais existé pensée plus réactionnaire que celle qui prétend qu'un régime alimentaire paléolithique puisse être  la panacée pour l'homme ?

Pour répondre à cette question honnêtement, astreins toi à lister ce que le modernisme a apporté à la civilisation durant les derniers siècles,  sur lequel  il conviendrait de s'interroger à nouveau  pour imaginer une économie naturelle épousant les principes du régime alimentaire que tu appelles de tes voeux......A titre d'exemple,  les "enclosures" qui, à partir du XVI siècle empêchent les animaux d'élevage de profiter des terrains communaux ( c'est à dire de divaguer instinctivement dans les champs appartenant à tous), enclosures qui vont permettre l'essor de l'agro-capitalisme à travers la multiplication de la propriété  privée, et provoquer  un appauvrissement considérable de la masse des populations rurales.

En partant de cet exemple d'une modernité s'érigeant contre la libre expression de l'instinct, je te propose d'examiner ce qui dans le positivisme juridique qui fonde nos sociétés s'oppose au droit naturel de l'instinct alimentaire, et d'en tirer tes propres conclusions sur le caractère progressiste ou réactionnaire de cette pensée.  
 

 





Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !