PALEOCRU
20 Août 2018, 07:56:27 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Bienvenue!
 
   Accueil   Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Les différents modes alimentaires "paléo-crus"  (Lu 5238 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Fred
Invité
« le: 08 Septembre 2009, 09:35:33 »

L'alimentation paléolithique crue peut se décliner en différents modes alimentaires. Chaque mode a ses avantages et ses inconvénients, et c'est à chacun de trouver (ou d'inventer!) celui qui lui convient le mieux. Ces différents approches ont en commun une palette alimentaire de type paléolithique (ou proche), et une forte orientation vers le crudivorisme.


L'Instinctonutrition par GC Burger :

L'Instinctonutrition se base sur l'hypothèse qu'un aliment paraît agréable à l'odorat et au goût lorsque l'organisme en a besoin, et désagréable voir répulsif dans le cas contraire. Ces mécanismes instinctifs ne fonctionnent qu'avec les aliments bruts, non transformés, ni mélangés ni assaisonnés, bref tels que nos ancêtres les trouvaient dans leur milieu naturel. En pratique, les aliments sont choisis par l'odorat puis l'ingestion est contrôlé par le goût qui devient neutre ou désagréable (phénomène appelé aliesthésie gustative) lorsque les besoins pour cette aliment sont satisfaits. Généralement, le repas du midi est composé de fruits et légumes, et le soir d'aliments protéinés (viande, poisson, oeuf, oléagineux, etc.) et de légumes.


L'Alimentation Instinctive Raisonnée (AIR) par Dominique Guyaux :

L'AIR reprend les principes de base de l'instinctonutrition, tout en apportant certains raffinements.
Les aliments sont répartis en classe distincte basée sur leur accessibilité naturelle : les aliments saisonniers (comme les fruits), les aliments aléatoires (comme la viande) et les aliments de proximité (comme les légumes). L'application d'un coefficient correcteur pour chaque classe d'aliment permet de se rapprocher des réalités environnementales dans lesquelles notre système alimentaire s'est développé et donc pour lesquelles il fonctionne le mieux.
Les prises alimentaires plus nombreuses (4 ou 5) se font généralement en mono-aliment, évitant ainsi les problèmes de l'empilage.


L'hygiènisme

« L'hygiénisme est l'art de vivre en bonne santé par le respect des lois de la nature et par la bonne connaissance des aliments spécifiques à l'espèce humaine »
Cette conception de la santé est née aux USA au 19ème siècle puis a été affinée par le Dr Shelton au 20ème siècle. Elle prône le jeûne, le crudivorisme végétarien et la naturopathie. Seul l'organisme est capable de se guérir par lui-même, à partir du moment où l'on supprime l'origine de la maladie.


Le régime Seignalet

Le docteur Seignalet s'est inspiré de l'instinctonutrition pour mettre au point son régime. Il démontre dans son livre « L'alimentation ou la troisième médecine«  que la plupart des maladies ont comme origine une alimentation inadaptées à nos enzymes digestives. Les aliments mal dégradés par nos enzymes agressent les muqueuse intestinales qui laissent pénétrer dans la circulation sanguine des macro-molécules d'origine bactériennes et alimentaires. Il distingue trois mécanismes débouchant sur la maladie : les maladies autoimmunes provoquées par une réponse immunitaire dirigée vers les cellules ayant accumulés des peptines non dégradés, les maladies dû à l'encombrement progressif du milieu extracellulaire et les maladies d'élimination dont les symptômes inflammatoires traduisent l'effort des émonctoires à éliminer les déchets toxiques.
En pratique, son régime exclu tous les produits laitiers, les céréales a gluten (excepté le riz), la cuisson à haute température, et encourage les crudités, les huiles et les aliments biologiques.


« Dernière édition: 22 Septembre 2009, 16:23:04 par Fred » Journalisée
François
Administrator
Full Member
*****

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 176



Voir le profil
« Répondre #1 le: 09 Septembre 2009, 16:33:53 »

Oui, enfin, paléolithique crue veut bien dire ce que ça veut dire : c’est cueilli, récolté, attrapé, pêché à pied ou chassé et mangé cru, non transformé, non épicé, non cuisiné.

Question fréquente : « comment ça se mange, ça ? »
Ma réponse : « avec la bouche ! »  Grimaçant

L'hygiénisme n'a rien a voir avec une alimentation de type paléolithique. Les divers régimes conseillés par les hygiénistes sont basés en grande partie sur des croyances irrationnelles et sans fondements - bien que l'élimination du café, du thé, du sucre industriel et autres aliments raffinés ainsi que la tendance vers plus de crudités soient, par contre, logiques.
« Dernière édition: 10 Septembre 2009, 12:55:27 par François » Journalisée
denisbooks
Jr. Member
**

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 66


Voir le profil
« Répondre #2 le: 10 Septembre 2009, 23:12:20 »

L'hygienisme est la generalisation de la doctrine "hygiéniste"  à l'ensemble des aspects de la vie.
Un hygiéniste est "historiquement" un médecin spécialiste de l'hygiene publique (plus rarement de l'hygiene privée). L'hygiene est l'art de prévenir les maladies. Le père de Marcel Proust fut un grand hygiéniste.

Herbert Shelton, compilant l'oeuvre de ses nombreux prédécesseurs américains comme Tilden,  a créé un mouvement qui s'est appelé   "natural hygiene" à la fin de ses etudes de naturopathie dans les années 20, mouvement  strictement végétarien et qui n'a donc rien à voir avec l'alimentation paléolithique.
Il est interessant de noter que Shelton mentionnait l'instinct dans ses premiers écrits (qui sont aujourd'hui des collectors) mais que les succès des expériences de Clara Davis l'a conduit à éliminer ce terme de son vocabulaire. C'est donc Shelton qui a détourné le végétarisme de l'idée d'instinct....ce qui montre qu'il est préférable d'aliéner les autres à son savoir si on veut devenir celèbre (la réflexion vaut aussi pour Burger mais dans un tout autre ordre d'idée).
Journalisée

"C'est seulement de manière polémique que la réalité s'offre à la connaissance". Adorno
Amaryllis
Newbie
*

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 35



Voir le profil
« Répondre #3 le: 04 Octobre 2009, 08:53:17 »

Question fréquente : « comment ça se mange, ça ? »
Ma réponse : « avec la bouche ! »  ;
Pas mal comme réponse. C'est tellement évident qu'on n'y pense pas forcément.
Journalisée
krwoox
Newbie
*

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Messages: 13


Voir le profil
« Répondre #4 le: 05 Octobre 2009, 13:13:53 »

Le frugivorisme:
voir ici: http://www.fruitarisme.lautre.net/
"Comme les orangsoutans, qui mangent 100 % de fruits, nous avons un corps de fructivore arboricole : un sang transfusable uniquement avec celui des chimpanzés bonobos et communs, la même formule dentaire qu'eux, des pieds à doigts et une position debout par terre fragiles, des jambes lentes, des bras longs et puissants pour grimper dans les arbres et se pencher sur et sous les arbustes,
une vision des couleurs des fleurs et de la maturité des fruits, un visage plat qui ne peut fouiner dans des entrailles, des ongles doux, des doigts longs avec pouce préhenseur pour saisir des fruits, des lèvres raffinées préhensiles de baies, des joues à poches et aspirantes du jus, une langue lisse, épaisse et musclée pour bouger et sucer les noyaux et mouliner la pulpe, de grandes glandes salivaires et une mâchoire qui peut aussi bouger latéralement pour une mastication, des canines pas plus hautes que les autres dents, des dents de côté plates pour écraser la pulpe, et non découper du cartilage ou du muscle."
Journalisée
Amaryllis
Newbie
*

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 35



Voir le profil
« Répondre #5 le: 17 Octobre 2009, 20:21:39 »

Comme les orangsoutans, qui mangent 100 % de fruits, nous avons un corps de fructivore arboricole : un sang transfusable uniquement avec celui des chimpanzés bonobos et communs,
Un sang transfusable Huh!!!
Cela veut-il dire que l'on peut recevoir du sang de ces singes-là sans inconvénient Huh!!!
Journalisée
corbe
Newbie
*

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Messages: 24



Voir le profil
« Répondre #6 le: 20 Octobre 2009, 11:33:25 »

Les divers régimes conseillés par les hygiénistes sont basés en grande partie sur des croyances irrationnelles et sans fondements - bien que l'élimination du café, du thé, du sucre industriel et autres aliments raffinés ainsi que la tendance vers plus de crudités soient, par contre, logiques.
Mmmmh, l'idée de base de l'hygiénisme (au moins pour ce que j'ai lu du courant américain) c'était de retrouver la santé en suivant les lois de la nature, donc par l'action seule du corps, sans l'usage de médicament. De là ils se sont tournés vers l'alimentation la plus naturelle possible, d'où le cru et la suppression des aliments transformés. Ça n'a rien d'irrationnel ! Cela a été validé de manière empirique par la pratique des médecins suivant ce courant depuis le 19ème siècle, plutôt que de manière théorique. Le seul reproche qu'on puisse leur faire est d'avoir plongé dans le végétarisme et végétalisme par idéalisme (et par les modes de l'époque).
Mais grâce ce préjugé leur expérience, parfois sur plusieurs générations, est extrêmement riche d'enseignement ! Elle prouve bien que l'être humain n'est pas végétalien, à moins de contorsions dans son alimentation et de consommation d'aliments végétaux très rares (avalanche de graines germées ou trempées, noix exotiques, pollen, etc.), situation tout sauf naturelle (comme le végétarien est souvent obligé de consommer des produits laitiers animaux pour compenser l'absence de chair animale).
Donc actuellement ils en reviennent, et introduisent même sur leurs sites les expériences de Stefansson et Vonderplanitz. C'est tout sauf sectaire. Le mouvement a bien évolué depuis Shelton !


Le frugivorisme:
voir ici: http://www.fruitarisme.lautre.net/
"Comme les orangsoutans, qui mangent 100 % de fruits, nous avons un corps de fructivore arboricole : un sang transfusable uniquement avec celui des chimpanzés bonobos et communs
L'argument du sang transfusable est un peu léger pour justifier le frugivorisme. Quinton a montré qu'on peut totalement remplacer le sang un chien par de l'eau mer isotonique, par une transfusion. Après l'opération, non seulement il survit mais retrouve rapidement pleine forme et santé  Choqué . Ça doit fonctionner pour les humains mais évidemment personne n'a osé essayer !
Quant à moi, je n'ai pas les pieds préhensiles et j'avoue que ça me frustre de ne pouvoir grimper facilement en haut du cerisier chercher tous ses cadeaux avant que les oiseaux mieux pourvus ne se soient servis !

Plus sérieusement, profitons de l'inestimable expérience acquise pendant de nombreuses années par des végétariens, végétaliens et frugivores (en particulier hygiénistes car mangeant cru, dans des conditions presque optimales bien que non instinctives) :
L'alimentation végétalienne stricte conduit à des carences qui deviennent patentes aux générations suivantes, dans le meilleur cas.
http://drbass.com/generations.html
Evidemment pour l'alimentation frugivore, c'est encore pire. Déminéralisation, perte de dents, etc. peuvent survenir en quelques années.

Le problème c'est que nous ne sommes pas des bonobos justement, notre cerveau est proportionnellement bien plus massif, c'est peut-être la que réside le problème principal : il a besoin de nombreux et complexes acides gras pour fonctionner correctement et oxygéner ses cellules. Acides gras qu'il forme aisément à partir des graisses d'origine animale. À partir du règne végétal c'est beaucoup plus compliqué : certaines graisses saturées nécessaires peuvent être trouvées dans la consommation massive (!) de fruits tropicaux (comme la noix de coco), mais de nombreuses vitamines liposolubles essentielles feront défaut.
Comme le cerveau a la priorité sur toutes les fonctions du corps, ce n'est pas lui qui présentera les premiers symptômes : tous les autres organes s'adaptent pour qu'il puisse survivre, redirigent nutriments et vitamines à son profit. Un tel « sacrifice » sur le long terme est un fonctionnement anormal qui cause des déséquilibres dont les symptômes apparaissent peu à peu.
Oui, peut-etre que l'on trouve en théorie tous les nutriments dont nous avons besoin dans les fruits (de la Terre entière), mais de manière très déséquilibrée et le corps finit par s'épuiser à créer son équilibre à partir de cet apport.

Après lecture de cette page : http://www.fruitarisme.lautre.net/nutrition.html
Je ne pense pas qu'écouter l'instinct soit la solution magique aux problèmes que pose l'alimentation frugivore. Ce n'est pas l'instinct mais un choix raisonné qui interdit un certain type de nourriture, alors comment justifier les vertus de cet instinct bridé ?

C'est peut-être un bel idéal que le régime « fruitarien paradisien », le seul problème c'est qu'il suffit d'ouvrir un peu les yeux pour voir qu'on n'est plus au paradis... Notre psychisme à ses limites et ses instincts destructeurs (qu'il faut combattre et non suivre aveuglément), notre corps à ses limites et ses besoins pour vivre sur cette Terre qui a ses règles physico-chimiques, aussi décevantes soient-elles pour nos idéaux.  Pleurs
Ayant l'esprit très ouvert, je suis prêt à croire que certains puissent vivre sans manger en aspirant les « énergie cosmiques », ou comme Marthe Robin (sur)vivre pendant cinquante ans en ne mangeant qu'une hostie par semaine. Il peut s'agir de signes de l'existence de réalités autres aux contraintes matérielles de cette Terre, mais de là à dire que ces expériences sont généralisables et recommandables à tous... non.

Bref, c'est à chacun de trouver son équilibre propre nécessaire à son épanouissement. Chacun sa voie à travers les contraintes environnantes, l'important est d'être conscient des choix uniques et non généralisables que l'on fait vis à vis de ces contraintes, et de ne pas de détourner les autres de leurs propres voies.
(donc je me tais, enfin.  Clin d'oeil )



Ce message s'est étoffé bien plus que prévu, des bonobos à Marthe Robin, qui l'eut... cru !
 Grimaçant
Pierre-Eric
Journalisée

"La nature n'a besoin d'aucun remède – elle ne demande que l'opportunité d'exercer sa propre prérogative d'auto-guérison." J. H. Tilden
Canari
Newbie
*

Karma: 0
Hors ligne Hors ligne

Messages: 9


Voir le profil
« Répondre #7 le: 11 Novembre 2017, 01:27:11 »

Il faut se rapeler que les frugivores mangent des proteines animales, et les vaches aussi, a condition d'avoir un pre normal: avec des insectes, et des fruits normaux, avec des vers.

nous mangeons les cerises sans regarder! le gout est le meme. Mais les cerises achetees, meme en bio, ont des traitements bio. Mes fruits sont invendables, mais ils sont les meilleurs!

Pour l'instincto, j'ai un peu des doutes: je crois que ça marche si on mange trop de quelque chose, car le corps va reclamer, mais il reclame s'il y a un gros manque, sinon il tient le goup et puis voila... Mais c'est vri que je connais quelqu'un qui a gueri Lyme avec insticnto, et il continue, mais c''est raw vegan.

Je connais un autre qui mange vegan et presque raw maintenant car il a eu envie de manger du quinoa. Sinon il se nourrit de smoothie et salades depuis 30 ans, ou environ...
Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.21 | SMF © 2006-2009, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !